Sweet-taste receptors, low-energy sweeteners, glucose absorption and insulin release

http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=7921865

 

Thus, the data from extensive in vivo studies in human subjects show that low-energy sweeteners do not have any of the adverse effects predicted by in vitro, in situ or knockout studies in animals.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s